Un jour, j’aurai ma fromagerie !

Cela faisait plus de vingt ans que l’idée d’ouvrir sa fromagerie trottait dans la tête de Yannick Amourette. Depuis 2014, c’est chose faite, « La Fromagerie du Crotoy » a vu le jour.

Une reconversion heureuse

Yannick ne se souvient plus exactement quand cette envie a germé en lui, son amour des fromages est si ancien ! Peut-être bien depuis l’enfance, enfoui dans un recoin de son cerveau. Il a d’abord travaillé dans la logistique alimentaire, pas grand-chose à voir et, à 46 ans, il s’est dit « c’est maintenant ou jamais ». Commence alors cette reconversion heureuse. 

En premier lieu, une longue et ô combien nécessaire période de formation, puis le local qu’il déniche au Crotoy, parallèlement à une exploration méthodique des producteurs de fromages locaux, et hop, c’est parti pour le grand bain !

Ses fromages, il en est le premier juge : tous les produits qu’il propose à sa clientèle, il les a goûtés et son palais a donné le feu vert.  Son crédo : privilégier le local autant que faire se peut. Un tantinet dogmatique, que du lait cru ! Bien entendu, pour certains fromages étrangers ou d’origines lointaines, il se fournit à Rungis.

Mais son grand plaisir, c’est de partager les produits qu’il a découverts auprès de petits producteurs locaux.  Le mercredi, ne le cherchez pas au Crotoy : sa quête de nouveauté le pousse à sillonner les routes picardes, soit pour découvrir les dernières créations des producteurs avec lesquels il travaille déjà, soit pour en rencontrer de nouveaux. 

Ses yeux gourmands lorsqu’il s’agit de fromages pétillent dès qu’il vous parle de sa dernière trouvaille.  Cette curiosité manifestement toujours très active est l’un des atouts qui lui permettent de penser que le pari de sa reconversion est en passe d’être gagné. La clientèle répond présente et en quatre ans, les adeptes aussi bien que les gens de passage sont au rendez-vous, faisant de sa petite échoppe un lieu bientôt incontournable pour les gourmets.

Prochaine étape : la dégustation !

Aujourd’hui, Yannick voudrait trouver un local plus grand. Deux ambitions à cela. La première, avoir une capacité accrue réservée à l’affinage, pour que les Crotellois puissent goûter un même produit à différents stades, aspect essentiel, lorsque l’on cause fromage ! La deuxième ambition, peut-être à moyen terme, allier l’activité actuelle à une offre de dégustation sur place : vins et fromages. 

Souhaitons lui, souhaitons nous, que cela aboutisse rapidement, pour le plaisir de nos papilles.  • F. C.

TROIS FROMAGES, TROIS HISTOIRES

Le rollot

Un fromage à pâte molle, plus doux que son célèbre cousin, le maroilles. Au milieu du XVIIe siècle, les moines de l’abbaye de Maroilles s’installent à Rollot, ils créent un cousin de leur déjà célèbre fromage. Un petit fromage en forme de cœur : le rollot. En 1678, Louis XIV, de passage dans les Flandres, est accueilli à la ferme de Rollot. Il tombe « amoureux » de ce fromage : il sera servi à la cours et le fermier sera nommé fromager royal. Après ses cinq à huit semaines d’affinage, il vous attend sur les étales de Yannick.

Le moliterno

La truffe à l’honneur ! Un fromage à pâte dure, de la famille du Parmesan, moins sec et plus riche. Il est fabriqué en Sardaigne dans le petit village de Potenza. Fromage au lait cru de brebis, auquel on incorpore de la brisure de truffes d’été, au bout de la cinquième semaine d’affinage. Cet ajout lui donne un caractère fort, un parfum envoûtant. Il accompagne délicieusement les plats de pâtes, salades, mais il est surtout un délice à déguster simplement avec un bon pain frais.

Le graval

Proche du neufchâtel, fabriqué à partir de lait cru de vache normande uniquement, il est moins salé que son grand frère. Fabriqué au cœur du pays de Bray, il est doux et on dit de lui qu’il est « double crème ». Gras à souhait, riche, un délice d’onctuosité. Votre palais va adorer.

Fromagerie du Crotoy

Ouvert du jeudi au mardi de 9h à 13h et de 15h à 19h
6 rue de la Porte du Pont
80550 Le Crotoy
Tel : 03 22 23 35 05