Réunion de concertation avec les commerçants : « On est là pour vous aider »

Philippe Evard, maire du Crotoy, entouré de ses adjoints lors de la réunion avec les commerçants pour évoquer la réouverture des terrasses (Photo ville du Crotoy)

 

Une dizaine de commerçants a participé à la réunion de concertation proposée par la mairie ce lundi 17 mai, après-midi.

Les débats ont porté en premier lieu sur la réouverture des terrasses dès ce mercredi 19 mai  jusqu’au 30 juin date à laquelle – si les conditions sanitaires le permettent – les commerces rouvriront normalement.

Sur le coup des extensions de terrasses dès avril

Dès après les annonces du calendrier gouvernemental quant à ces mesures de « déconfinement », en avril dernier,  la mairie avait adressé un courrier à chaque commerce afin de voir – au cas par cas – un plan d’implantation de terrasse et ses possibilités d’extension(s) temporaire(s).

 

Très peu de retour sont parvenus auprès des services municipaux, et dès demain, mardi 18 mai, le service de la police municipale procèdera à des visite dans les commerces pour définir si et comment ces extensions temporaires sont possibles.

 

L’occasion au passage pour les élus de rappeler que chaque établissement est tenu de se conformer à un cahier des charges reprenant la règlement de voirie, le nombre, les couleurs et le type de mobilier autorisés sur les terrasses.

 

Les terrasses de la ville au coeur des débats pour ces réouvertures prévues dès mercredi 19 mai (photo d’illustration)
« On tient à faire tout notre possible pour vous aider »

Ces agrandissements sont certes inégalement réalisables d’un commerce à un autre, en fonction de la configuration de la devanture et de la voirie, « mais on tient à faire tout notre possible pour vous aider » a insisté Philippe Evrard, maire, « sans les commerces la ville ne tourne pas. En revanche, il faut que tout le monde y mette du sien pour respecter les limites d’occupation du domaine public, sans quoi il est évident qu’il nous faudra verbaliser. Mais vraiment ce n’est pas notre but du tout« .

Pour mémoire, les contraventions pour occupation du domaine public sans autorisation vont de 135 euros à 735 euros assortis à une convocation au tribunal selon l’infraction relevée.

 

Quelques uns des commerçants présents à la réunion de ce mardi (Photo Ville du Crotoy)

Au sujet des zones bleues

Mention a aussi été faite en direction des « voitures ventouses » dans les rues où la zone bleue s’applique.

« La zone bleue a été mise en place pour permettre un roulement dans les disponibilités des places de parking en centre ville » insiste le maire, « si certains y restent toute la journée, c’est évident que les usagers ne trouveront jamais de places dans la rue principale, et ça pénalise tout le monde. Là encore, le but c’est vraiment pas la verbalisation, mais s’il faut y venir, on y viendra« .

Pour rappel le montant de la contravention pour dépassement de l’heure de stationnement ou absence de disque s’élève à 35 euros.

 

Arnaud Hornoy, premier adjoint, a pour sa part mis en exergue que la ville avait abandonné son droit de terrasse pour l’année 2020 soit un manque à gagner de l’ordre de 100 000 euros pour les finances de la commune.

Ce à quoi s’ajoute la mise en oeuvre d’une priorité plusieurs fois affirmée durant la campagne électorale par l’actuelle majorité de supprimer le stationnement payant entre midi et 14h, et d’en réduire la période d’application du 1er avril au 31 octobre, au lieu du 30 novembre par le passé.

Là encore, des efforts financiers notables pour l’accueil des visiteurs et le commerce local.

Pour ce qui concerne les nouveaux tarifs de la taxe d’occupation du domaine public par les terrasses de commerces, un courrier sera adressé à chaque établissement concerné dans le courant de cette semaine, en tout état de cause avant la fin mai.

En cas de non réception de ce courrier passé cette date, n’hésitez pas à vous manifester auprès de la mairie.

Parking moto,

A noter, la municipalité a annoncé la création prochaine d’un parking dédié aux motos le week-end dans la cour de la salle Colette, rue Jules-Verne en centre-ville, lorsque celle-ci n’est pas occupée par une manifestation.

Places de livraison

D’autre part, la réunion a permis de statuer sur la création de places de livraison place Jeanne d’Arc de 5h à 10 heures le matin, après quoi les places seront à nouveau dédiées le reste de la journée au véhicules classiques.

Nouvelles constructions…

Les ruines de l’ancien « Bar du littoral » à l’angle des rues Grognet-Gourlain et Carnot seront déblayées d’ici mi-juin, pour une reconstruction d’immeuble prévue en septembre par un investisseur privé.

Le terrain du petit parking du centre-ville, à l’angle des rues de la Porte du Pont et de la Prison Jeanne d’Arc qui demeure une propriété de la Poste (puisque site de l’ancien bureau de Poste fermé puis démoli il y a une quinzaine d’années), a été vendu par la Poste. Et sera prochainement le lieu de la construction d’un nouveau commerce.

L’ancien local animation réhabilité

L’ancien local dédié au service animation (ancienne poissonnerie Carton) a été en partie reconvertie en hall d’exposition, permettant une extension de l’ordre de 70m2 au « Local à chalut ».

Une autre partie est mise à disposition de l’office de tourisme intercommunal pour un guichet d’accueil annexe et un pôle de location de vélos électriques, ainsi qu’un corner éphémère pour un fleuriste.

Hébergement des saisonniers

La municipalité a affirmé auprès des commerçants être en cours de réflexion pour trouver une solution quant aux logements des travailleurs saisonniers.

Le sujet demeure un réel souci rencontré par la majeure partie des entreprises au regard des prix et des disponibilités des locations sur la commune et aux alentours spécialement en période de haute fréquentation touristique.